Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : La Marianne de Cheffer
  • La Marianne de Cheffer
  • : La Marianne de Cheffer
  • Contact

DERNIERE MISE EN PAGE

   IMG

15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 02:10

 

Re-voici cette lettre au 1er échelon de poids depuis Paris vers Lausanne en Suisse au tarif international du 13 Janvier 1969. L'affranchissement aurait du être de 0,70FF et la lettre a été taxée à son arrivée par ces vignettes helvètes.

 

 

CCF07082010 00000

 

N'arrivant pas seul à pouvoir donner d'explications claires sur l'utilisation de ces vignettes, j'ai fait appel à vos connaissances et à vos contacts. Merci à vous tous.

 

______________________________

 

 

- Doudad et Nirvana (pseudos) du Forum indépendant des collectionneurs , l'un pour le calcul de la taxe, 57,14 arrondis à 60 pour le double de l'insuffisance d'affranchissement et le second pour son coup d'oeil, car même si la taxe n'est pas demandé sous forme de fraction 80/70, la valeur de 60 est visible par l'intérieur de la lettre par transparence mais à peine imaginable sur le recto de ce pli..

 

 

helvet11.png

 

______________________________

 

 

- Yvon Nouazé à qui rien n'échappe, me fais remarquer que l'oblitération Pitney-Bowes Paris 18 de cette lettre en date du 22 Janvier 1969 est la plus précose observée et devient donc la première date connue. Je chamboule donc le tableau de la page 352 de son ouvrage " L'oblitération mécanique en France" Tome I

 

 

CCF07082010 00000 - Copie

 

______________________________

 

 

- Bernard Lachat, webmaster du site " Club philatélique de Delémont et environs" en Suisse qui me donne les explications sur l'utilisation de ces vignettes:

 

 1) le n° situé sous la dénomination 'HELVETIA' de l'EMA correspond à un n° de machine attribué par La Poste à un client. Au cours du temps, et ce dès 1924 où sont apparues les premières machines à affranchir en Suisse, La Poste a attribué des n° de façon plutôt logique et systématique, mais a été vite dépassée par le succès des achats. Dès le 1er juillet 1946, la logique de numérotation change. Puis encore en 1996. Bref, des n° de machines n'existent pas ou peuvent avoir appartenus à différentes firmes, selon les années. C'est assez particulier. 2) Pour le cas qui nous concerne, l' EMA est de type 3A correspondant à une machine Hasler F88, concessionnée dès le 1.8.1933 et livrée dès 1936. L'EMA possède 3 chiffres valeurs centrés (on trouve des EMA de type 3A sous forme 000, 000½, 0000, 0000½, 00000, 00000½). 3) Pour l'EMA en question, le propriétaire de la machine N° 4195 est la COMMUNE DE LAUSANNE. C'est elle qui a payé la taxe requise par la poste avec ses propres étiquettes de la machine à affranchir. C'est au destinataire de payer la taxe liée au manque d'affranchissement. En général cela se fait à l'aide de timbres. Le processus habituel est le suivant : le bureau de poste signale au destinataire (papillon dans la case postale ou livré par le facteur) qu'une lettre insuffisamment affranchie, lui étant destinée, est arrivée. Le responsable du courrier, notamment pour les grandes administrations ou pour les grandes firmes, récupère le courrier au bureau de poste avec, en poche, soit des timbres soit, comme ici des vignettes préaffranchies. Ce procédé est assez courant car il y a un courrier souvent abondant avec parfois des affranchissements insuffisants. Il est donc probable que ce jour-là, l'employé qui est allé relever le courrier au bureau de poste ne s'attendait pas à ce qu'un correspondant français ne sache pas affranchir juste (humour!). Il n'avait que des petites valeurs (plutôt que 60 cts) à fournir au buraliste postal . Le buraliste colle ensuite les vignettes (ou les timbres), appose le cachet 'T' entouré d'un cercle et libère la lettre. 4) Les étiquettes sont dans un format normé, blanches, gommées, à perforations latérales, sans aucun cadre ou signe (impression) du propriétaire. Il s'agit d'un type III n° 2095 format 40mm/40mm du catalogue des étiquettes.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires